Actualités du CSFL

Retrouvez toute l’actualités du Centre de Sauvegarde de la Faune Lorraine

Rapace  = espèce protégée

Rapace  = espèce protégée

Rapace  = espèce protégée

Nous avons accueilli une Buse Variable très affaiblie et surtout présentant des signes de fracture. L’oiseau a été trouvé dans les environs de Nettancourt (55).

Le rapace est examiné rapidement par notre équipe et une radiographie est nécessaire pour évaluer la gravité des blessures. Outre, la mise en avant d’une double fracture, le contrôle rend visible la présence d’un plomb !

La Buse Variable a été braconnée, victime d’un tir !!!!

Cet acte intentionnel et condamnable (tous les rapaces sont protégées depuis pratiquement un demi siècle ) démontre encore les vieilles rancœurs que certaines personnes ont encore à l’égard de cette famille d’oiseaux. 

Pourtant, la Buse Variable ne se nourrit exclusivement que de petits rongeurs mais aussi de vers de terre, d’insectes et parfois de cadavres d’animaux, victimes de collisions routières.

Nous allons déposer plainte pour tir d’espèce protégée.

Elle est encore en vie et nous espérons pouvoir la soigner et la relâcher. Nous allons devoir assumer tous ces frais et nous souhaiterions que ceux-ci incombent à l’auteur de cette infraction.

Pour information, la destruction d’une espèce protégée est passible d’une amende pouvant s’élever à 150 000€ et de 3 ans d’emprisonnement

Une remarquable mobilisation a permis de sauver ce rarissime faucon pélerin des toundras (calidus)

Une remarquable mobilisation a permis de sauver ce rarissime faucon pélerin des toundras (calidus)

Une remarquable mobilisation a permis de sauver ce rarissime faucon pélerin des toundras (calidus)

Pas commun chez nous ce magnifique rapace, un Faucon Pélerin de la sous espèce Calidus (pour les spécialistes), car il vit près des zones arctiques.
Fin Octobre, nous sommes avertis par une clinique vétérinaire partenaire sur Épinal (88) de l’admission d’un faucon, souffrant visiblement d’une fracture du bréchet après avoir percuté une vitre …
Nous nous mettons rapidement à la recherche d’un bénévole disponible pour nous rapatrier au plus vite l’oiseau.
Heureusement, nous pouvons compter sur l’équipe de l’association HIRRUS, basée à Pont-sur-Madon. Ils nous soutiennent et nous aident depuis l’ouverture du centre.
Un simple appel téléphonique et ils ont pu se rendre disponibles pour nous ramener le lendemain le faucon, qui n’est autre qu’un rarissime Faucon Pélerin des toundras. L’oiseau est en période de migration active et il survolait nos contrées. Cette collision l’a stoppé net dans son périple ….
Récupéré, le rapace est emmené chez notre vétérinaire référent, Animal Clinic, pour une radiographie et poser un premier diagnostic. En plus de la fracture, l’aile est également impactée. Immobilisation et bandages sont les premiers traitements à apporter ainsi qu’un suivi intensif les jours suivants afin de lui faire reprendre de sa vitalité. Il était assez maigre.
Après plus de 82 jours de convalescence mais aussi de rééducation, il a pu recouvrer sa liberté. Il est parti comme une fusée ! 🙂

Une grande victoire pour l’équipe mais aussi une récompense pour toute la chaîne d’acteurs qui s’est activée et mobilisée pour sauver cet animal sauvage. Un grand merci à eux !

Médiation faune sauvage : Des sangliers dans les jardins ?

Médiation faune sauvage : Des sangliers dans les jardins ?

Notre vocation première est bien sûr l’accueil et les soins aux animaux. Mais, au quotidien, nous sommes souvent sollicités pour des questions ou des soucis de cohabitation avec la faune sauvage (présence d’animaux dans et autour des habitations, observation d’animaux en mauvaise posture ,…). Ce service de conseils appelé médiation faune sauvage, est vraiment complémentaire à notre activité de soins et évite souvent une prise en charge d’animaux sauvages.

En ce moment, nous avons beaucoup de questions sur des dégâts de sangliers dans les jardins et parfois même en pleine ville.
Vous trouverez ci-dessous la réponse d’Alexandre à une journaliste du Républicain Lorrain :
La semaine dernière, alors qu’il ouvre les volets de la cuisine pour prendre son petit-déjeuner, un couple de Devant-les-Ponts, à Metz, découvre son jardin littéralement retourné par… des sangliers. Étrange en milieu urbain ? Pas du tout, pour Alexandre Portmann, responsable du Centre de sauvegarde de la faune en Lorraine (CSFL). « Les espaces urbains sont de plus en plus grands, les espaces naturels diminuent et le monde sauvage est dégradé. Il n’y a rien d’étonnant. Les villes offrent de telles quantités de déchets. Donc ils font irruption dans ces nouveaux milieux. » Le spécialiste rappelle que le sanglier a une grande facilité d’adaptation. L’espèce peut vivre en ville en se cachant la journée dans des friches, des ronces et bosquets.
Plus actuellement à cause du confinement ?

On pourrait croire que le confinement et les restrictions temporaires de chasse ont pu permettre à l’espèce de se développer et sont responsables d’une recrudescence : une autre idée reçue. « Pour moi, il n’y a pas de lien. Il n’y a pas plus de sangliers ces derniers temps. Ils ont toujours eu quatre à cinq petits par an. C’est la vision des gens qui a évolué. Ils font plus attention, les remarquent. »

Et si on souhaite que les sangliers n’aient plus envie de transformer les potagers urbains en festin, des répulsifs (bio) existent. Les effaroucheurs sonores fonctionnement bien, mais peuvent ruiner les relations de voisinage. « Sinon, les sangliers n’aiment pas l’odeur de l’urine humaine, ni celle des cheveux. » Dans la région de Nantes, un gérant de golf (en partenariat avec un coiffeur, qui lui livre, dès qu’il pleut, des sacs de 50 litres de cheveux) utilise cette technique insolite pour préserver son green des attaques quotidiennes de sangliers ! Et ça marche.

Un grèbe huppé trop heureux de retrouver la liberté

Un grèbe huppé trop heureux de retrouver la liberté

Un grèbe huppé trop heureux de retrouver la liberté

Nous avons accueilli ce grèbe huppé car il a été trouvé dans un jardin ! Ce n’est vraiment pas son milieu de vie.

Les examens n’ont montré aucune fracture ni aucune lésion. L’oiseau était par contre très amaigri. Vraisemblablement, un épuisement durant une phase migratoire.
Nous l’avons gardé en soins pendant quelques jours pour suivre son état de santé.
La forme retrouvée, il a été relâché.
Le grèbe huppé est un oiseau aquatique assez commun de nos régions et nous pouvons l’observer sur de nombreux cours d’eau. il se nourrit principalement de poissons qu’il va chasser sous l’eau en disparaissant pendant quelques minutes mais aussi de batraciens et autres insectes aquatiques.
Il utilise sa huppe lors des parades nuptiales et le couple nous offre alors un magnifique ballet. A observer ce printemps !

il peut hiverner mais les périodes de gel le poussent parfois à migrer vers des contrées moins hostiles.

Le CSFL distingué par FIDAL Green !

Le CSFL distingué par FIDAL Green !

Nous avons eu l’honneur d’avoir été retenu par les collaborateurs du groupe FIDAL via son fonds de dotation, FIDAL Green, pour notre projet d’hôpital faune sauvage sur lequel nous travaillons actuellement, dans le cadre de notre projet associatif.

Cette structure, inédite en France, permettra d’accueillir un pôle vétérinaire dédié. Le terrain a été retenu et les plans du futur bâtiment sont en cours de finalisation.

Nous communiquerons sur ce projet dans les prochaines semaines.

Un grand Merci à Fidal Green pour ce coup pouce !

https://www.fidal.com/fr/actualites/coup-de-projecteur-sur-les-trois-associations-soutenues-par-fidal-green

Prise en charge d’un Busard Saint-Martin

Prise en charge d’un Busard Saint-Martin

Prise en charge d’un Busard Saint-Martin

Ce jeune mâle Busard Saint-Martin a été trouvé, blessé, en plein champs, vraisemblablement victime d’une collision avec un véhicule.
Ce rapace, de la famille des Busards, se caractérise par un vol à faible hauteur, au dessus des prairies, marécages et autres milieux ouverts et parfois aussi le long des routes. Il est à la recherche de petits rongeurs et autres petits passereaux.
Dans notre région lorraine, ce busard est souvent observé en hiver, provenant des contrées plus nordiques. Il se regroupe alors en dortoirs de quelques individus à la nuit tombée.
Il est nicheur en France mais sa population ne cesse de décroître et son avenir devient très préoccupant. La modification de ses milieux naturels a certainement participé à la chute des effectifs. Comme les autres busards, il établit son nid à terre avec la même problématique de la survie des jeunes en milieu céréalier.
L’oiseau est arrivé très amaigri et souffre d’une fracture à l’aile. Nous allons devoir le requinquer avant de planifier l’intervention chirurgicale.

A suivre …

Merci à l’équipe du SDIS 54 !

Merci à l’équipe du SDIS 54 !

Merci à l’équipe du SDIS 54 !

Neige et volière ne font pas bon ménage.

En effet, l’accumulation de neige sur les filets fait peser un risque sur les armatures des volières qui ne peuvent supporter un poids devenant de plus en plus conséquent. Nous gardons un triste souvenir de l’épisode neigeux de Janvier 2019 qui nous avait fait « plier » nos grandes volières de 30 mètres.
L’équipe du centre était mobilisée toute la journée d’hier à faire tomber les premières neiges des volières.
Malheureusement, les conditions météorologiques se sont dégradées en début de nuit et de la neige glacée emportée par des rafales de vent a vite transformé nos volières en dômes de neige … Plus de 15 cm par endroit.
L’équipe sur place s’est retrouvée rapidement débordée et nous avons dû faire appel au SDIS devant l’urgence de la situation.
Pendant plus de 2 H, en pleine nuit, les pompiers, venus des communes de Valleroy et de Hatrize, ont réalisé un énorme travail de déneigement. Sans cette intervention, les dégâts auraient été importants.

Toute l’équipe du CSFL remercie de tout cœur les héros de cette nuit !!! Merci, merci à vous pour votre courage et votre dévouement.

Un Faucon Pélerin dans la ville

Un Faucon Pélerin dans la ville

Merci à Via Mirabel de mettre en avant ce magnifique rapace qu’est le Faucon Pélerin.

L’oiseau a toujours fasciné les Hommes depuis la nuit des temps. Il est ainsi Horus, le dieu protecteur du pharaon dans la mythologie égyptienne puis a été utilisé en fauconnerie pour ses capacités de chasse. D’ailleurs, ses facultés de vol avec un piqué sur ses proies, les oiseaux, font du Faucon Pélerin, l’espèce la plus rapide du monde animal  (+ de 300 Km/h) ! Tout son corps est adapté à supporter les contraintes de ces vitesses élevées.

Mais, l’espèce a failli disparaître suite à la contamination de sa chaîne alimentaire par un pesticide (le DDT) dans les années 1950-70. Un des premiers bio-indicateurs ! La disparition  d’une espèce animale n’est jamais anodine et n’est que la conséquence de profonds déséquilibres des milieux naturels (souvent à cause de l’Homme). Le DDT a été interdit et l’oiseau a pu renforcer sa population.

Le Faucon Pélerin se rapproche des villes car les populations d’oiseaux sont abondantes (pigeons notamment) et il va chercher un abri dans un bâtiment ou autres infrastructures humaines  pour y établir son nid.

Nos amis de la LPO Moselle avaient installé un nichoir sur cette église pour favoriser la nidification du rapace, suite à des observations de sa présence sur ce site. Il fallait le remettre en état afin qu’il puisse être occupé de nouveau.

Au centre de soins, nous récupérons environ 5 faucons pélerins par an souvent victimes de collision. Ce jeune oiseau est actuellement en rééducation et il lui faudra plusieurs semaines pour rétablir sa musculature et retrouver ses capacités de vol.

Nous possédons plusieurs volières de différentes longueurs pour permettre aux rapaces une meilleure rééducation et favoriser leur réhabilitation.

Alors, croisons les doigts et souhaitons que ce Faucon Pélerin puisse un jour élever une famille dans un nichoir posé à son attention. 

Reportage Via Moselle TV

Opération vente de tournesol noir avec le CPIE de Meuse sur Bonzée (55)

Opération vente de tournesol noir avec le CPIE de Meuse sur Bonzée (55)

Vous habitez sur le secteur de Bonzée (57) ? Vous souhaitez aider les oiseaux des jardins ?

Le CPIE Meuse soutient l’action du CSFL en permettant la vente de graines de tournesol noir.

Le prix du paquet de 15 kg est de 20 €

Il suffit d’indiquer le nombre de sac désiré et de payer en ligne, au plus tard le 3 Février 2001via le lien suivant :

Lien de commande

Ensuite , vous pourrez retirer votre commande le Samedi 13 Février dans les locaux du CPIE Meuse à Bonzée (55) entre 9h et 12 h

Les bénéfices des ventes de tournesol sont au profit des soins aux animaux.

D’avance merci

Opération vente de tournesol noir avec l’Adeppa sur Vigy (57)

Opération vente de tournesol noir avec l’Adeppa sur Vigy (57)

Vous habitez sur le secteur de Vigy (57) ? Vous souhaitez aider les oiseaux des jardins ?

L’Adeppa soutient l’action du CSFL en permettant la vente de graines de tournesol noir.

Le prix du paquet de 15 kg est de 20 €

Il suffit d’indiquer le nombre de sac désiré et de payer en ligne, au plus tard le 26 Janvier 2001via le lien suivant :

Lien de commande de tournesol noir

Ensuite , vous pourrez retirer votre commande le Samedi 6 Février dans les locaux de l’Adeppa à Vigy (57) entre 9h et 12 h

Les bénéfices des ventes de tournesol sont au profit des soins aux animaux.

D’avance merci

 

 

Autour des Palombes relâché

Autour des Palombes relâché

Autour des Palombes relâché

Épilogue heureux pour cet Autour des Palombes. Il avait été trouvé dans une chambre… après avoir percuté et traversé la fenêtre (en double vitrage), vraisemblablement suite à une action de poursuite d’une proie.

Le rapace était toujours vivant mais fortement choqué et avec de multiples contusions. Les bris de verres avaient atteint un œil et provoqué de multiples plaies dont une près de la jugulaire.

Après 48 jours de soins et de suivi, l’Autour des palombes a retrouvé sa condition physique. D’un naturel très fougueux, il fallait le relâcher au plus vite.

Chose faite ce matin, après un dernier contrôle de son état de santé.

Il est parti comme une fusée, en passant au travers de la sapinière, sous les cris d’alertes des oiseaux du secteur.

Ce jeune oiseau immature va maintenant pouvoir se trouver un nouveau territoire.

Hivernage en lorraine pour cette Bondrée Apivore

Hivernage en lorraine pour cette Bondrée Apivore

Hivernage en lorraine pour cette Bondrée Apivore

Un rapace peu connu que la Bondrée Apivore. On la confond souvent avec la Buse Variable car elle arbore les mêmes couleurs de plumage mais cet oiseau est une espèce migratrice. Elle est présente en Lorraine et en Europe uniquement de Mai à Septembre.

Alors pourquoi, apivore ? Parce qu’elle se nourrit principalement de guêpes et frelons. Elle repère les nids par les allers et retours des insectes et va ensuite se délecter des larves, nymphes et adultes. Ses griffes lui permettent de déterrer les nids sous terre.
Une observation récente a récemment montré une attaque d’un nid de frelons asiatiques ! L’espèce est visiblement en train d’adapter son régime alimentaire.

Pourtant les piqûres des frelons sont dangereuses ? Et bien, la Bondrée Apivore est protégée par son plumage et des narines très fines, évitant le contact des dards.

Une véritable terreur pour ces insectes !

Cet oiseau, jeune de l’année, a été victime d’une collision. Son plumage a été abîmé , l’empêchant de poursuivre sa migration vers l’Afrique.

Nous allons donc garder l’oiseau pendant tout l’hiver en attendant la repousse naturelle des plumes. Elle sera relâchée au printemps.

Un Hérisson en hiver ?

Un Hérisson en hiver ?

Un Hérisson en hiver ?

Vous avez aperçu un hérisson dans votre jardin ces derniers jours. Est-il en danger ? 

Et bien, peut être pas.

Nous avons tous remarqué que le changement climatique avait adouci nos derniers hivers. Les périodes de gel et de neige sont de moins en moins fréquentes. Et les animaux sont en train de s’adapter !

Pour cela ,un nouveau terme est apparu : l’évologie, une combinaison de l’évolution et de l’écologie, mesurant l’impact des activités humaines sur le milieu naturel.

Différentes études ont mis en avant certaines adaptations sur des espèces :

https://theworldnews.net/fr-news/environnement-l-evologie-quand-l-activite-humaine-fait-apparaitre-des-especes

Alors qu’en est-il de notre sympathique Hérisson ? Des scientifiques l’ont étudié au Danemark, dans la région de Copenhague, et ont pu démontrer que de jeunes individus ont pu passer leur premier hiver sans encombre, sans hiberner avec des déplacements quotidiens, même avec un poids de 200 à 400g.  La condition physique et générale étant l’élément le plus important par rapport à la masse corporelle :

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/ece3.5764

Évidemment, chaque situation est différente ! Et parfois, l’animal peut être en situation de détresse.

Alors, n’hésitez pas à nous contacter en cas de doutes. Nous étudierons avec vous le contexte et nous vous proposerons des solutions.

Merci à Manon Tissidre, du Réseau des centres de soins de la faune sauvage de nous avoir rapporté ces informations du récent colloque international sur le Hérisson qui s’est tenu au Danemark

Opération « Charmez vos jardins »

Opération « Charmez vos jardins »

Parallèlement à la vente de graines et d’aliments pour la faune sauvage, nous démarrons une opération « Charmez vos jardins » qui consiste en la vente de pieds de charmille (ou charme).

Cet arbre a l’avantage d’être très rustique et surtout indigène (donc pas une plante exotique)

Le charme est connu pour dessiner les parcs des plus beaux châteaux de France car il accepte la taille.

De plus, il permet d’abriter et de nourrir toute une faune sauvage

Sa plantation est conseillée de Novembre à Mi Mars.

Si vous souhaitez établir une haie naturelle dans votre jardin ou en remplacer une, prenez contact avec nous

Toute l’équipe du CSFL vous souhaite de joyeuses fêtes

Toute l’équipe du CSFL vous souhaite de joyeuses fêtes

Toute l’équipe du CSFL vous souhaite de joyeuses fêtes  et une bonne année 2021 !

Nous avons tous vécu une année 2020 « spéciale » et pénible.

Mais tous ces évènements nous permettront de tirer des leçons et donc de trouver des solutions pour le futur.

Tournons vite cette page, d’autres aventure nous attendent en 2021

A bientôt et portez vous bien !

Archives

Pin It on Pinterest

Share This