Actualités du CSFL

Retrouvez toute l’actualités du Centre de Sauvegarde de la Faune Lorraine

Pourquoi faut-il intervenir si on trouve un martinet noir au sol ?

Pourquoi faut-il intervenir si on trouve un martinet noir au sol ?

Pourquoi faut-il intervenir si on trouve un martinet noir au sol ?
Comme tous les étés, plusieurs villes et villages du Grand Est ont eu la chance d’accueillir, entre les mois d’avril et de juillet, des martinets noirs. A ce jour, la plupart des individus adultes ont déjà entrepris leur trajet retour vers l’Afrique, mais quelques retardataires peuvent encore être aperçus.
L’année 2022 est plutôt compliquée pour les martinets. Le manque d’eau a mis à mal les populations d’insectes volants et a contraint les adultes à parcourir de plus grandes distances pour trouver la nourriture indispensable pour nourrir leurs progéniture. Sans compter les vagues de chaleur successives qui provoquent à chaque fois la chute de jeunes ayant trop chaud sous les tuiles. Le tout cumulé à une reprise de l’activité des entreprises du bâtiment qui a favorisé des dérangements importants lors des travaux de rénovation…
Le mode de vie des martinets est en effet très particulier : ils arpentent sans relâche le ciel à la poursuite des divers insectes volants qui composent leur régime alimentaire. Le seul moment où un adulte se pose est lorsqu’il se reproduit et élève ses jeunes. Par conséquent, il est complètement anormal de trouver un Martinet au sol, quelque soit son âge. Ces situations n’arrivent qu’aux jeunes qui ratent leur premier envol ou aux adultes qui se retrouvent affaiblis.
La météo s’annonce de nouveau compliquée ces prochaines jours, et si vous deviez être confrontés à une telle situation, il est nécessaire d’agir en urgence : contactez un centre de sauvegarde, qui saura vous expliquer comment mettre l’animal à l’abri le temps que vous puissiez le rapatrier. Ne vous improvisez pas soigneurs, ces espèces sont trop fragiles. Et surtout, ne les jetez pas en l’air comme le conseillent certains sites internet douteux !!
Pour la région Grand-Est, la liste des centres ci-dessous :
Pour le Nord du Bas Rhin et l’Est de la Moselle, contactez le GORNA au 03 88 01 48 00
Pour le Sud du Bas Rhin et le Haut Rhin, contactez la LPO Alsace au 03 88 04 42 12
Pour la Moselle, la Meurthe et Moselle, les Vosges, la Meuse et une partie des Ardennes, contactez le CSFL au 09 70 57 30 30
Pour l’Aube, la Marne, la Haute-Marne, une partie de la Meuse et des Ardennes contactez le CPIE Sud Champagne au 03 25 92 56 02
Protection des nichées de Busard Cendré, une des dernières action de terrain de Lorraine

Protection des nichées de Busard Cendré, une des dernières action de terrain de Lorraine

Protection des nichées de Busard Cendré, une des dernières action de terrain de Lorraine
Pourquoi mettons nous toute notre énergie à protéger ces nichées ? Parce que sans ces interventions, ce rapace disparaîtra bientôt de nos contrées. En permettant l’envol de jeunes, nous contribuons à maintenir l’espèce en vie en renforçant sa population.
Parce qu’il niche au sol, aujourd’hui dans des champs de céréales (Orge et blé principalement), le Busard Cendré est dépendant du travail des moissons pour espérer l’envol de ses nichées et jeunes. Sans notre intervention, plus de 90 % des nids seraient moissonnés. Et la population ne serait plus assez forte pour subsister.
De son arrivée de migration fin avril à début mai jusqu’à l’envol des dernières nichées parfois début Août, nous parcourons le vaste territoire du Nord Meusien (secteurs Étain – Spincourt – Fresnes en Woëvre) pour prospecter, repérer et localiser les couples nicheurs, entrer en contact avec les agriculteurs propriétaires des parcelles, poser les cages de protection, suivre l’évolution des nichées et assurer le retrait des cages après l’envol de tous les jeunes.
Une formidable et intense aventure humaine et naturaliste qui nous a permis cette année de recenser une vingtaine de couples et surtout permettre l’envol de plus de 41 jeunes ! Nous tenons à remercier l’ensemble des agriculteurs qui nous ont tous aidés à assurer ce superbe résultat.
Et ce malgré des conditions climatiques exceptionnelles et très très difficiles , avec parfois plus de 45 degrés dans les plaines céréalières.
Un grand merci à la municipalité de Spincourt qui nous a réservée, comme chaque année depuis 36 ans !, l’emplacement du Trou du Zouave, où durant plus d’une semaine nos amis belges de l’association De Torenvalk viennent nous porter main forte.
Merci également au département de la Meuse qui participe financièrement à cette action de protection.
Le pôle Centre de soins est venu en renfort pour permettre l’accueil de jeunes en détresse ou permettre l’éclosion d’oeufs de nids moissonnés. Cela fera partie d’un autre article.
Pour le pôle Étude et Conservation,
FB
Pour chaque animal pris en charge, il nous incombe de trouver de l’argent pour la prise en charge dans nos infrastructures, pour les soins et médicaments ainsi que la nourriture. Vous pouvez nous aider par un don, déductible des impôts, via le lien suivant : Adhésions et dons au centre de sauvegarde de la faune en lorraine – CSFL
Ou via notre cagnotte Leetchi : https://www.leetchi.com/c/csfl
Bonjour, nous avons un hibou grand duc dans notre jardin…

Bonjour, nous avons un hibou grand duc dans notre jardin…

Bonjour, nous avons un hibou grand duc dans notre jardin…
Surprise très rare que de se retrouver avec un hibou grand duc au fond de son jardin. Dans ce cas exceptionnel et pour éviter de potentielles graves blessures, nous nous déplaçons pour analyser la situation et capturer l’oiseau. Car le plus grand rapace nocturne d’Europe possède de puissantes serres et il faut avoir le professionnalisme d’Alexandre, responsable capacitaire faune sauvage pour le maîtriser sans risques.
Le rapace a vraisemblablement été victime d’une collision avec une infrastructure humaine car le diagnostic met en évidence une fracture à une aile et une blessure à un œil.
Rapatrié au Centre de soins, ce Hibou Grand Duc va devoir bénéficier de plusieurs semaines de traitements et de rééducation.
A suivre …
Pour chaque animal pris en charge, il nous incombe de trouver de l’argent pour la prise en charge dans nos infrastructures, pour les soins et médicaments ainsi que la nourriture. Vous pouvez nous aider par un don, déductible des impôts, via le lien suivant : Adhésions et dons au centre de sauvegarde de la faune en lorraine – CSFL
Ou via notre cagnotte Leetchi : https://www.leetchi.com/c/csfl
Cagnotte LEETCHI

Cagnotte LEETCHI

Nous ne voulions pas vous sollicitez financièrement jusqu’à présent mais suite à vos encouragements à lancer une cagnotte sur notre précédente publication, nous en avons ouverte une.
Vous pouvez donc nous aider en partageant le lien et/ou en participant à notre cagnotte ou directement sur notre site internet.
Aussi, vous nous demandez comment nous aider autrement, vous pouvez:
– Venir faire du bénévolat (pas de qualification nécessaire, tout est appris sur place au fur et à mesure à partir de 16 ans).
– Relayer nos publications (recherche de bénévoles, de services civiques « 4 sont actuellement recherchés, 2 en médiation faune sauvage et 2 en soins »).
Pour plus d’information, vous pouvez nous contacter par mail à contact@csfl.fr.
Merci d’avance !
L’Équipe du CSFL

https://www.leetchi.com/c/csfl?fbclid=IwAR12khWoCYaN0IRbe_ONBnqTwJTGu36JlIj_En52EsY2YauCDCcvOtU6RLA

Limitation des accueils

Limitation des accueils

Bonjour
C’est avec beaucoup de regret que nous fermons le centre temporairement aux accueils d’animaux. Nous n’avons pas assez de main-d’œuvre, et assez de fonds pour subvenir au besoin de tous les animaux.
Bonne journée
Alexandre Portman responsable capacitaire.
Camp d’animation et de protection du Busard Cendré sur le nord Meusien

Camp d’animation et de protection du Busard Cendré sur le nord Meusien

Camp d’animation et de protection du Busard Cendré sur le nord Meusien
Une équipe de l’association belge De Torenvalk vient nous aider à protéger les nichées de Busard Cendré menacées par le travail des moissons.
Du 1 au 8 juillet 2022, vous pouvez nous retrouver à Spincourt, au lieu dit « le trou du zouave »
Découverte également de la biodiversité du secteur lors des journées de prospection.
Vous êtes intéressé(e) ? Contactez nous par mail : contact@csfl.fr
Nouvelle saison 2022 de protection des nichées de Busard Cendré.

Nouvelle saison 2022 de protection des nichées de Busard Cendré.

Nouvelle saison 2022 de protection des nichées de Busard Cendré.


Ils sont de retour depuis mi avril et ils se sont cantonnés dans des plaines céréalières avec des parcelles d’escourgeon et de blé. Les femelles sont actuellement en train de couver des œufs fraîchement pondus.

Nous allons entreprendre un magnifique travail de terrain en tentant de localiser les nids et entrer en contact avec les agriculteurs pour les protéger des moissons.

Cela vous intéresse, un mail à contact@csfl.fr en laissant vos coordonnées. A suivre

busardcendré #circuspygargus #protectionbusard #biodiversité

Engoulevent d’Europe, un oiseau de nuit

Engoulevent d’Europe, un oiseau de nuit

Engoulevent d’Europe, un oiseau de nuit

En Lorraine, il est rare de le rencontrer. En effet, cet oiseau aux mœurs crépusculaires préfère les régions chaudes et sèches car il se nourrit principalement de papillons et autres insectes nocturnes.

A la manière d’un martinet, il ouvre grand son bec pour attraper ses proies en plein vol.

Il niche à terre dans des parcelles boisées. Il possède un plumage qui permet de bien le camoufler des prédateurs.

Il aime aussi se poser la nuit sur les routes chauffées par le soleil mais aussi pour capturer les insectes attirés par les phares des voitures avec la conséquence de se faire percuter.

Ce mâle a été trouvé blessé suite à une collision.

C’est une espèce connue pour être un prédateur naturel des papillons de la chenille processionnaire.

Le réchauffement climatique lui permettra certainement d’être plus présent dans notre région.

Toute l’équipe de soins se mobilise pour lui apporter les meilleurs soins.

#faunesauvage #engouleventdeurope #centredesoinspourlafaunesauvage

Et si vous rejoigniez l’équipe du CSFL en tant que médiateur faune sauvage !

Et si vous rejoigniez l’équipe du CSFL en tant que médiateur faune sauvage !

Et si vous rejoigniez l’équipe du CSFL en tant que médiateur faune sauvage !

Et si vous désirez devenir acteur(rice) du bien être de la biodiversité !

Nous avons deux places en service civique de 7 mois, envoyez nous votre candidature à contact@csfl.fr.

Vous participerez et accompagnerez l’équipe dans les missions suivantes:

-Accueillir les animaux et les découvreurs.

-Conseiller les découvreurs d’animaux en détresse.

-Conseiller le public pour une bonne cohabitation entre l’homme et l’animal.

-Informer et répondre au public par téléphone, par mail et sur les réseaux sociaux 

-Élaborer des fiches techniques de médiation.

La saison des naissances est en plein boom !

La saison des naissances est en plein boom !

La saison des naissances est en plein boom !

Nous recevons plusieurs dizaines d’appels téléphoniques par jour pour la découverte d’oisillons trouvés en détresse ou blessés.
Nous ne sommes pas en mesure de faire face à cette sur-sollicitation par manque d’effectif;
Néanmoins, pour tenter de trouver des solutions, merci d’utiliser notre email : contact@csfl.fr en indiquant vos coordonnées et en ajoutant des photos de l’oisillon.
Il nous est plus facile de répondre en différé.
En attendant, vous pouvez placer la nichée dans une carton, percé de trous, dans un endroit calme. Ne pas tenter de donner à manger et à boire.
Merci de votre compréhension.
L’équipe CSFL
Pourquoi il ne faut pas déplacer les petits lièvres ?

Pourquoi il ne faut pas déplacer les petits lièvres ?

Pourquoi il ne faut pas déplacer les petits lièvres que l’on croise sur notre chemin.
Les levrauts naissent les yeux ouverts et déjà couverts de poils, donc à même de maintenir leur température corporelle par eux-mêmes.
Leur mère, la hase, ne creuse pas de terrier pour cacher ses petits. Elle les répartit ça et là, à même le sol, plus ou moins cachés par les éléments du paysage.
Sa stratégie, afin qu’ils ne soient pas repérés par les prédateurs, est de ne leur rendre que furtivement visite pour les allaiter. Le reste du temps, le levraut se tient tranquille et discret, sans bouger.
Il est donc tout à fait normal de trouver un jeune lièvre seul, sans sa mère, et blotti au sol. Il ne faut surtout pas le déplacer, sa mère continue de venir le nourrir là où il est. Il faut aussi s’en éloigner le plus rapidement possible afin de ne pas attirer l’attention de ses prédateurs ni d’effrayer la mère si elle revient alors que vous êtes là.
Dans le cas exceptionnel où le petit se trouve sur la route, vous pouvez utiliser de grosses touffes d’herbe pour le déplacer sans le toucher directement avec vos mains. Déplacez-le hors de la route, mais pas trop loin, de manière à ce que la mère le retrouve facilement quand elle reviendra le nourrir.
Hormis ce cas rare ou une évidente détresse telle qu’une blessure avec hémorragie ou la découverte d’une hase morte à proximité, il ne faut pas déplacer le petit lièvre. Même pour l’emmener en centre de soins : ses chances de survie sont inférieures s’il doit être élevé par l’humain plutôt que par sa mère, et il prend inutilement une place en soins, alors que d’autres animaux réellement en détresse en ont besoin.
Si vous avez un doute sur la situation, n’hésitez pas à contacter l’un des 4 centres du Grand Est le plus proche de chez vous :
– Pour le Nord du Bas Rhin et l’Est de la Moselle, contactez le GORNA au 03 88 01 48 00
– Pour le Sud du Bas Rhin et le Haut Rhin, contactez la LPO Alsace au 03 88 22 07 35
– Pour la Moselle, la Meurthe-et-Moselle, les Vosges et la Meuse, contactez le CSFL au 09 70 57 30 30
– Pour la Champagne- Ardenne, contactez le CPIE Sud Champagne au 03 25 92 56 02
Amphibiens : La saison des amours est lancée du samedi 26 février au samedi 8 avril

Amphibiens : La saison des amours est lancée du samedi 26 février au samedi 8 avril

C’est au mois de mars que renaît le printemps avec le vol des premiers papillons et le fleurissement des fleurs sauvages. C’est aussi la saison que choisissent les amphibiens pour rejoindre les points d’eau après leur hibernation. La route n’est pas sans danger pour eux !

Voici comment sauvegarder ces espèces menacées lors de leurs déplacements nocturnes.

Faciliter le déplacement des amphibiens

Les amphibiens sont des animaux vulnérables en raison de leur mode de vie. Ces animaux à sang froid dépendent des petits plans d’eau douce que sont les mares. Or ces zones humides disparaissent de nos régions, remblayées, polluées ou asséchées par l’Homme.

Pourquoi les amphibiens se déplacent-ils ?

Les amphibiens se caractérisent par une phase de vie aquatique puis une phase de vie terrestre. Ils débutent leur vie sous la forme d’une larve aquatique, qui se métamorphose plus tard en adulte.

Les crapauds, les grenouilles, tritons et salamandres entreprennent des déplacements plus ou moins longs entre l’aire d’hivernage et l’aire de reproduction, de fin février à fin mars. La migration des adultes a lieu généralement la nuit..

Les dangers de la migration

Au cours de leurs déplacements, les amphibiens rencontrent des obstacles qu’ils ne peuvent pas franchir (ex : murs). D’autres obstacles constituent par ailleurs des pièges mortels : il s’agit des  infrastructures sur lesquelles les animaux se font écrasés (routes, autoroutes ou voies ferrées),

Opération de sauvetage, organisée par le CSFL et le Conseil Départemental 54

Accompagnés de Sabine NESSUS, des bénévoles des communes environnantes, ont aidé à l’installation d’un barrage pour recueillir les amphibiens. Le but de celui-ci, étant de stopper temporairement tout ce petit monde.Ce barrage temporaire pour les amphibiens a été installé sur le territoire de la commune de Haucourt-Moulaine (Nord du 54).

Cette opération annuelle, se déroule sous légide du Conseil Départemental de Meurthe et Moselle et l’organisation de l’opération au Centre de Sauvegarde de la Faune en Lorraine de Valleroy.

Sauver des vies

Sauver des vies, est notre préoccupation quotidienne au CSFL. La protection de la faune de notre Région et la préservation du patrimoine naturel du territoire porte ses fruits d’année en année. Notre action aura permis de déplacer en toute sécurité pas moins de 827 Crapauds communs (453 mâles et 374 femelles). Félicitations à toutes et tous, pour votre engagement dans cette cause.

Percutée par une voiture, elle se remet de ses blessures

Percutée par une voiture, elle se remet de ses blessures

Percutée par une voiture, elle se remet de ses blessures
Cette magnifique Buse Variable, de phase claire, se remet tout doucement d’une collision avec une voiture.
Un tel choc lui a occasionné de multiples contusions et quelques troubles neurologiques. Elle a dû être suivie pendant quelques jours pour assurer sa survie.
Aujourd’hui, elle a pu être placée dans une volière pour entamer sa rééducation au vol.
Elle devrait bientôt retrouver la liberté.
Les Buses Variables peuvent avoir des couleurs très sombres à très claires (d’où leur appellation Variable…). On peut les voir poser le long des routes en attente de sortie d’un campagnol ou d’un ver de terre. « Avec ces temps humides, le ver de terre est une proie pour de nombreuses espèces dont les rapaces. »
Elles peuvent passer des heures au même endroit. Elles chassent à l’affut.
Par temps froid, elles gonflent leur plumage pour gagner en chaleur d’où cette apparence de grosse boule.
Les bords de routes offrent justement de bonnes cachettes pour les rongeurs.
Leur vol nonchalant ne leur permet pas d’esquiver rapidement des véhicules. Elles se font happer parfois par le souffle des camions.
Prenez le temps de les observer en réduisant votre vitesse.
Rejoignez nous !

Rejoignez nous !

Rejoignez nous !
Nous recherchons plusieurs services civiques pour la saison 2022.
Pour postuler, il faut être âgé de 18 à 25 ans.
Site de la mission : Valleroy (54)
Particularités des missions:
Travail en extérieur
Rapport limité aux animaux (car sauvages et protégés, contraintes liées au maintien du bien être et de l’hygiène de la captivité des animaux)
2 types de mission :
Mission soins faune sauvage pour une durée de 8 mois avec des dates en Mars et Avril
Objectif: aider la faune sauvage et trouver une solution aux personnes dans le désarroi face à un animal en détresse.
Vos actions :
Participation au nourrissage, l’entretien et les soins des diverses espèces accueillies. Participation à l’entretien des locaux et des structures extérieures .
Suivi des animaux relâchés par émancipation progressive.
Participation aux activités annexes de l’association (tenue de stand, rédaction d’outils de communication,…).
Mission médiation faune sauvage pour une durée de 7 mois avec une date en Avril :
Objectif :Trouver des solutions aux problématiques de cohabitation entre l’Homme et l’animal dans un souci de conservation de la biodiversité.
Vos actions :
Apporter des réponses aux particuliers et aux collectivités, concernant la faune sauvage et sa cohabitation avec l’Homme, la découverte d’animaux sauvages en détresse, et des renseignements divers par téléphone et par e-mail.
Rechercher des bénévoles et des particuliers disponibles pour le rapatriement d’animaux.
Participer à des évènements auprès du grand public et de nos partenaires/collectivités.
Accueillir les découvreurs lors de la prise en charge d’un animal en détresse.
Retrouvez ci-dessous les missions publiées sur le site du Service Civique :
Soins faune sauvage à partir de mars 2022 :
Soins faune sauvage à partir d’Avril 2022 :
Médiation faune sauvage à partir d’Avril 2022 :
Recrutement écovolontaires

Recrutement écovolontaires

Recrutement écovolontaires
Le Centre de Soins de la Faune en Lorraine (CSFL), situé à Valleroy(54), propose des missions d’écovolontariat, de 1 à 2 mois, du mois d’avril à fin août.
Durant cette période, une grande quantité de jeunes oiseaux et mammifères sont reçus au centre de soins et nécessitent un suivi important.
Votre mission consistera, sous la supervision d’un soigneur, à participer aux différentes activités de nettoyage, à la préparation de la nourriture ainsi qu’au suivi des animaux reçus au centre.
Suivant les plannings, il pourra vous être proposé de venir travailler les week-ends.
Intéressé(e) ?
Alors, merci d’adresser votre candidature à : meganne.vogt@csfl.fr

Archives

Pin It on Pinterest

Share This